2 Les roches ferrugineuses de Pagala (Togo) et de Tin Akoff (Burkina Faso)

2.5 Composition chimique

A Pagala, il y a eu beaucoup d’analyses de composition des ferruginisations (plus de 200 par l’ORSTOM), ainsi que de leur environnement (70 schistes, micaschistes, quartzites, brèches, carbonates…). Cet ensemble a permis de créer un sujet « chapeaux de fer », et de le développer à partir de filiations observées (Togbé, 1991). Elles n’ont pas fondamentalement modifié l’image simple donnée à un moment (Blot et Magat, 1989). Togbé a montré aussi que les différents faciès n’étaient pas caractérisés par des différences significatives de composition. Les analyses des opérateurs de prospection, plus nombreuses encore, sont semi quantitatives, et ne sont jamais complètes pour établir la composition (près de 1500 analyses pour le BRGM, près de 200 pour Anglo american). Dans les particularités de composition des roches ferrugineuses de Pagala, les fortes teneurs en K2O sont essentiellement dues à l’abondance des micas blancs. Ceux-ci sont conservés dans les ferruginisations, aussi bien sur les schistes où ils sont par définition abondants, que sur les carbonates où l’agressivité est moindre. Le titane est particulièrement bien corrélé avec l’abondance des micas résiduels. Ceci permet de comprendre les fortes teneurs en K2O et TiO2 mesurées par les prospections ultérieures à nos travaux.

 

A Tin Akoff, il n’y a eu qu’une vingtaine d’analyses de composition des roches ferrugineuses, surtout gœthitiques. Donc il n’y a pas de caractérisations statistiques, ce qui est fréquent pour la définition des chapeaux de fer, où le plus souvent quelques éléments utiles des minéralisations sont seuls analysés. Les autres analyses (n=140) sont semi quantitatives pour les éléments majeurs, et incomplètes.

 

Ces ferruginisations (tableau 18) ont des compositions habituelles de chapeaux de fer connus sur minéralisations sulfurées de différents types (tableau 10). Cependant les ensembles des roches prises en compte à Pagala et surtout à Tin Akoff ne sont pas à la même échelle que les autres. A Pagala sont représentées dans le même ensemble des altérations sur sulfures, sur carbonates, sur phosphates et sur oxydes. A Tin Akoff où les attributions sont peu définies on peut déjà distinguer les formations sur oxydes (jaspe et grès à hématite, hématitite) des autres à typologie non définie. Les ferruginisations de Tin Akoff apparaissent plus riches en silice, alors que leurs teneurs caractéristiques sont plus pauvres en alumine, en manganèse, en potassium, en titane et en hydroxyles. Toutefois les valeurs médianes et moyennes sont proches de celles des chapeaux de fer connus ailleurs. Ainsi les chapeaux de fer ss (Kosakevitch, 1979) sont, par définition, dominés par le fer, avec une silice le plus souvent libre et bien représentée alors que l’alumine est le plus souvent très faible, éventuellement substituée au fer dans la gœthite et l’hématite. Le manganèse est relativement fréquent, souvent associé au fer. Et les ferruginisations du Togo et du Burkina s’inscrivent parfaitement dans cette définition, alors que les autres références de composition sont très rares.

 

Tableau 18 

Composition des chapeaux de fer de Pagala (valeurs médianes)