2 Les roches ferrugineuses de Pagala (Togo) et de Tin Akoff (Burkina Faso)

2.7 L'image métallogènique supergène

Les diverses associations géochimiques typiques des modèles de minéralisations (Andrews-Jones, 1968 in Levinson, 1974 ; Butt et Smith, 1980 ; Ryall et Taylor, 1981) ne peuvent être caractérisées avec précision dans les chapeaux de fer. Ceux ci sont des roches néogénétiques du domaine supergène, et des éléments importants du diagnostic ont été redistribués par l'altération, y compris jusqu'à l'évacuation.

 

Dans les roches ferrugineuses de Pagala et Tin Akoff, les éléments enrichis sont nombreux donnant une approche polymétallique d'ensemble. Mais les milieux d'origine des minéralisations sont probablement complexes, même si la minéralisation principale de Pagala a été rapidement considérée comme sédimentaire et exhalative avec au moins 4 variétés de minéralisations (Blot et Magat, 1990 ; Deschamps et al, 1991, Cortes et al, 2001). Ce type Sedex est considéré en perspective comme la probable forme des minéralisations de la région de Tin Akoff (Castaing et al, 2003). L'essentiel des ferruginisations dans les deux régions a une incontestable image d'association de sulfures hydrothermaux, principalement des sulfures de basse température et de sulfures complexes. Bien entendu comme il s'agit de roches résiduelles d'altération supergènes, il n'y a pas de bons modèles, il n'y a pas de bons exemples, d'autant qu'elles ne sont pas de même degré d'évolution et que la mobilité sélective des éléments entraîne des distorsions d'image. En se référant au Clarke de concentration des teneurs les plus élevées, d'un effectif moyen de 10 % de chacune des populations, il peut être proposé une hiérarchisation des assemblages significatifs de 25 types de minéralisations classiques (Andrew-Jones in Levinson, 1974). Seules les associations de sulfures hydrothermaux ou sédimentaires donnent des signaux vraisemblables, excluant d'emblée les associations magmatiques ou de métamorphisme.

 

Notons que cette approche, par un calcul tout à fait empirique, à partir du clarke de concentration de 39 éléments pris comme indicateurs, permet d'approcher les milieux génétiques, reconnus ou non. Les ferruginisations du Togo et du Burkina ont de nombreuses ressemblances, mais avec aussi des traits spécifiques. Les associations communes les plus typiques concernent les sulfures de basse température, et les sulfures complexes. Plus spécifiquement dans le Sahel du Burkina, les associations qui apparaissent étonnantes à l'égard du degré de connaissance sont une association hydrothermale de type "métaux précieux" et une autre d'image de type "red beds", à image plus sédimentaire que volcanique. A Pagala, les associations de métaux de base et de métaux précieux, de nature hydrothermale, sont perceptibles.

 

Associations communes à Pagala et Tin Akoff

  • Sulfures basse température
  • Sulfures complexes
  • Métaux précieux

Spécifique Pagala

  • Métaux de base

Spécifique Tin Akoff

  • Red beds continentaux

 

A titre de comparaison et avec les mêmes critères, le chapeau de fer de Perkoa, qui est un gisement Zn de sulfures massifs, est prioritairement représentatif d'une association de sulfures de basse température et secondairement d'un milieu à métaux précieux. Par contre, Bonga, gisement de Ni latéritique, est sans surprise, caractéristique d'une association de type latéritique.

 

A Tin Akoff, l’étude des différentes générations de silicifications, qui accompagnent pp les ferruginisations, détermine des températures de formation entre 70 et 170 °C, avec des fluides de diverses origines (Miningou, 2006). Ces résultats sont compatibles avec les types de minéralisations supposées du Nord Burkina.